Tout d’abord, pensez à protéger l’outil ! N’oubliez pas de brosser vos morceaux de bois avant de les usiner ; l’outil de rabotage n’aime pas les cailloux. Il existe deux solutions pour l’entretien des outils de rabotage : la première consiste à les affûter avec une pierre de carbure de silicium et/ou une pierre naturelle ; la seconde consiste à acheter un nouvel outil.

Conseils pour le choix

En résumé, vous devez choisir votre raboteuse en fonction du travail que vous devez effectuer. Qu’elle soit en bois ou en métal, la raboteuse vous permet de niveler ou de créer des rainures dans le bois. Il est préférable de s’orienter vers des raboteuses en métal car l’usure et le passage du temps laissent moins de traces.

Pour tailler des rainures, choisissez plutôt une raboteuse guillaume, le couteau à deux mains convient pour les poutres et la wastringue pour donner les dernières touches. Le rabotage de surfaces très larges se fait avec la raboteuse électrique. D’autres outils pour le travail du bois tels que la ponceuse, le tunnelier etc. permettent d’améliorer la finition d’une pièce de bois ou de tailler une rainure.

À QUOI RESSEMBLE UN RABOT ?

Une raboteuse est composée d’une souche, c’est-à-dire de la structure principale dont la forme convient pour accueillir toutes les autres pièces. La souche peut être en métal ou en bois, ou elle peut être en bois avec une semelle en métal appliquée. La semelle, comme on peut facilement le deviner, est la partie qui va entrer en contact direct avec la surface à raboter, et comporte une fente, une fente, d’épaisseur variable, orientée transversalement au côté long de la semelle (de 90 à, généralement, 45 degrés). La fente, qui permet à la lame du rabot (souvent aussi appelée couteau ou fer à repasser) de sortir, peut ou non être percée d’un trou (ou mâchoire), c’est-à-dire d’une ouverture verticale qui part de la fente et traverse la souche et qui facilite l’évacuation des copeaux. Le fer de rabotage est arrêté par une cale, aussi appelée coin ou bordone. Il est stabilisé soit par des rainures latérales dans la mâchoire qui l’abrite, soit, dans le cas des raboteuses en fer et en fonte, par un bouton fixé, par l’intermédiaire d’une vis de réglage, à un support qui part de la semelle. Sans oublier, enfin, deux autres parties vraiment importantes d’une raboteuse : les poignées et le contre-fer. Il existe deux poignées, une avant et une arrière, dont la forme varie selon le type de rabot et son utilisation. La poignée avant est utilisée pour exercer (et maintenir) la pression nécessaire pour que la lame s’enfonce dans le bois, la poignée arrière pour imprimer le mouvement horizontal de poussée ou de traction. Je parlerai du contre-fer dans un instant.